Blog

Les gaz nocifs qui peuvent-être dans nos maisons

Les gaz nocifs qui peuvent-être dans nos maisons

Les gaz peuvent-être dangereux pour notre santé. Nous pouvons en retrouver différents dans nos maisons, appartements. Il est important de faire diagnostics surtout au niveau des installations. Mais nous pouvons en retrouver aussi dans certains matériaux comme le radon qui servent à la construction des maisons.

Le gaz: radon:

Le radon peut se faufiler à l’intérieur de la maison. Or, ce gaz radioactif est un cancérogène reconnu dont il faut se protéger.

Inodore et incolore, le radon passe souvent inaperçu. C’est pourtant est un cancérogène reconnu. Ce gaz radioactif est la deuxième cause de cancer des poumons, après le tabagisme, selon l’OMS. Il est responsable de 470 cancers du poumon par an en Belgique, plus particulièrement chez les fumeurs.

D’origine naturelle, le radon s’échappe des sols pierreux et rocheux et de certains matériaux de construction. Il va ensuite se fixer à des particules fines présentes dans l’air. Une fois inhalées, ces poussières se posent sur les bronches et sur les parois des poumons, s’y désintègrent et enfin, les irradie.

Il faut donc pouvoir identifier sa présence et s’en protéger.

Où trouve-t-on du radon ?

Dans le sol et les maisons

Là où le radon monte à la surface du sol, il y a souvent un bâtiment. Il s’infiltre à travers les fissures jusqu’aux caves et aux pièces d’habitation des maisons calfeutrées. Piégé, il peut alors s’y accumuler et parfois atteindre des concentrations importantes. Plus on s’éloigne de la cave, moins la concentration est importante.

Dans certains matériaux de construction

Onen trouve dans les matérieux pierreux comme le plâtre ou les pierres naturelles. Le radon n’y dépasse toutefois pas quelques dizaines de Bq/m3 en général, alors que le sol de l’habitation peut être la source de concentrations de quelques centaines de Bq/m3.

Comment le mesurer ?

On peut procéder au test de dépistage du radon à l’aide d’un détecteur.

On place alors le détecteur dans la pièce la plus fréquentée de la maison pendant 3 mois, idéalement en période hivernale.

Il est également possible d’effectuer une mesure plus rapide, en plaçant un détecteur pendant 3 jours (20 à 35 €). La mesure sera moins précise mais permettra une première évaluation. Cela peut être utile lors de l’achat d’une maison, par exemple.

Quand et comment faut-il agir?

Si le test de dépistage dans une pièce habitée indique :

  • moins de 60 Bq/m³ : la situation est normale, aucune action ne s’impose ;
  • de 60 à 100 Bq/m³ : la concentration est un peu plus élevée que la normale, mais n’est pas inquiétante. Il faut veiller à assurer une ventilation suffisante, particulièrement dans les caves et vides sanitaires et à colmater les voies de passage possibles du radon ;
  • de 100 à 300 Bq/m³ : une action peut être envisagée, surtout si un enfant ou un fumeur est exposé. Cette action n’est ni impérative ni urgente ;
  • de 300 à 1000 Bq/m³ : on prend les mesures simples qui sont possibles. C’est le moment de faire exécuter une étude détaillée du problème et un test de dépistage dans l’ensemble des pièces ;
  • plus de 1000 Bq/m ³: le problème doit être résolu rapidement. En attendant l’exécution des travaux nécessaires, aérer si possible en permanence les pièces occupées.

Quelles précautions en cas de nouvelle construction ?

Avant d’entamer la construction d’une nouvelle habitation, il est fortement conseillé de s’informer sur la concentration en radon.

Il est recommandé de prendre des mesures de prévention pour éviter l’infiltration de radon (placement d’une couche plastique imperméable au radon, entre la chape et le sous-sol), et de prévoir une bonne ventilation (surtout les pièces du sous-sol comme la cave, le garage).

Quand une habitation est exposée à un taux de radon très élevé, des travaux sont nécessaires. Il faut étanchéiser le sol et favoriser le renouvellement de l’air intérieur avec des systèmes de ventilation mécanique ou des sortes d’aspirateur à radon. Mais, attention, ces installations sont à la charge du particulier.

Pour  en savoir sur les zones à risque, vous pouvez consulter une carte interactive et détaillée de la présence de radon en France sur le site de l’IRSN : www.irsn.fr

D’autres gaz toxiques:

cf article

Les installations intérieures de gaz:

Pourquoi faire un diagnostic

Une installation de gaz défectueuse peut provoquer des incendies, des explosions & des intoxications pouvant être mortelles

Comment réaliser ce diagnostic

Faire appel à un diagnostiqueur qui contrôlera les chaudières, les chauffe-eau, les appareils de cuisson reliés à une installation fixe, la combustion, les raccordements en gaz et la ventilation des locaux. Il testera l’étanchéité des installations et la stabilité des flammes des brûleurs. Au total, il effectue une centaine de points de contrôle! il rassemble des résultats dans le diagnostic

How useful was this post?

Click on a star to rate it!

Average rating / 5. Vote count:

Une réflexion au sujet de « Les gaz nocifs qui peuvent-être dans nos maisons »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *